Search

Le mystique miracle de Saint Janvier à Naples

Saint Janvier est une partie importante de l’histoire, de la tradition et de la religiosité de Naples. Le saint patron de la ville du golfe, en effet, est historiquement lié à la ville de manière profonde, et représente un mythe dont l’importance se renouvelle chaque année, notamment à l’occasion de la liquéfaction miraculeuse de son sang, le 19 septembre, conservé depuis des siècles à l’intérieur de la Cathédrale de Naples.

Le mystère du miracle de Saint Janvier à Naples est renfermé, si l’on peut dire, dans deux ampoules insérées dans un reliquaire rond, muni d’une poignée qui le rend maniable. L’une des ampoules, la plus petite, ne contient que quelques tâches, tandis que la plus grande est en partie remplie d’une « substance inconnue ». Cette relique, qui contient le sang patron de la ville de Naples, a le pouvoir de changer de consistance, en passant de l’état solide à l’état liquide et vice versa.

C’est ce qui se passe lors du Miracle de Saint Janvier à Naples, un événement qui se produit trois fois par an : le 16 décembre, date à laquelle Saint Janvier, en 1631, favorisa par son intercession, la fin de l’éruption du Vésuve ; le samedi précédant le premier dimanche de mai, lorsque le corps martyre du saint est transféré de Pouzzoles à Naples et le 19 septembre, jour de son martyre.

Certaines études menées sur du sang prodigieux ont conduit à affirmer qu’il est possible de reproduire la substance présente dans les ampoules en laboratoire, mais il n’en demeure pas moins que, dans certains cas, le miracle de Saint Janvier à Naples ne se produit pas, ou se produit avant que les ampoules soient retirées de l’armoire spéciale qui les contient habituellement, selon la procédure traditionnelle qui depuis des siècles a régi le rituel de l’exhibition et l’attente collective du miracle.

Le miracle, qui n’est pas officiellement considéré comme tel par l’Église, reste pour les napolitains un prodige d’importance fondamentale et de son occurrence dépend la prédiction d’une bonne ou mauvaise année, de sérénité ou de malheur pour la ville. La relation de la population napolitaine avec Saint Janvier est très étroite, confidentielle et directe : durant l’attente de l’évènement miraculeux, si le saint tarde à faire liquéfier le sang, les « Parentes de Saint Janvier » assemblées à l’intérieur de la Cathédrale commencent à crier impatientes, en l’invoquant à haute voix et en l’appelant « faccia ‘ngialluta » ; c’est-à-dire visage jaune, de la couleur de la statue d’or exposée dans l’église.

Qui était Saint Janvier?

Son nom d’origine serait Ianuario, et il aurait été le descendant de la Gens Ianuaria, famille noble dévote à Janus, le dieu bifrons. Il fut martyrisé le 19 septembre 305, à l’époque où faisaient rage les persécutions contre les chrétiens ordonnées par Dioclétien. Selon les Actes bolognais, il se trouvait en prison pour rendre visite à deux confrères emprisonnés, il fut lui aussi arrêté avec Festus et Desiderius, sur ordre du juge Dragonce. Janvier fut contraint de confesser sa foi et condamné à mort. Il fut décapité près de la Solfatare de Pouzzoles, dans ce qu’on appelait le Forum de Vulcano. Initialement, cependant, la peine était d’être jeté aux fauves de l’Amphithéâtre Flavius de Pouzzoles, mais elle a été changée en décapitation après que, selon la légende, le saint aurait amadoué et béni les bêtes qui auraient dû le déchirer.

napoli-italiantraditions
Il Dolomiti

Le sang qui jaillit lors de la décapitation fut recueilli par Eusebia, qui avait été sa nourrice et, par la suite, on raconte que douze femmes âgées ont revendiqué la parenté avec le saint martyre, donnant naissance à une tradition qui a traversé les siècles et qui persiste encore aujourd’hui, ainsi existent les prétendues « Parentes de Saint Janvier ».

Au VIIe siècle, une petite église fut construite sur le site de la décapitation, remplacée plus tard par un bâtiment plus grand en 1580, le Sanctuaire de Saint Janvier à la Solfatare, dans lequel se trouve un bas-relief d’Andrea Vaccaro représentant le martyre et la pierre sur laquelle aurait été décapité Saint Janvier. Le saint, en revanche, fut probablement enterré d’abord à Agnano, mais ses restes furent ensuite transférés dans les catacombes de Capodimonte. En ce lieu on peut admirer une fresque représentant Sancto Martyri lanuario entre deux cierges allumés et avec la tête entourée d’une auréole.

Le premier miracle de Saint Janvier à Naples

C’est précisément lors du transfert des restes et des reliques du saint, en 431 ap. J.-C., que s’est produit pour la première fois le miracle de la liquéfaction du sang de Saint Janvier, en présence de l’évêque Severo (ou Cosimo), dans le quartier aujourd’hui connue sous le nom de Vomero la procession qui portait les reliques du saint s’est arrêtée pour se reposer dans ce qui est aujourd’hui la piazza Bernini. Eusebia apporta les ampoules à la tête du martyre, et le sang, bouillonnant, se liquéfia. Les personnes présentes crièrent au miracle. Le prodige, cependant, fut officiellement documenté pour la première fois en 1389, dans le Chronicon Siculum, dans lequel est écrit que, lors de la fête de l’Assomption, les ampoules ont été exhibées, et que pendant la procession le sang se liquéfia « comme s’il avait jailli ce jour-là du corps du saint ». En 1497, les reliques et les ampoules furent déposées dans la crypte sous le presbytère de la Cathédrale, et y sont restées jusqu’à ce jour.

san gennaro-italiantraditions
ECampania

Depuis, Saint Janvier continua à jouer son rôle de protecteur de la ville. Il est invoqué à toutes les occasions par les napolitains. Durant l’invocation pour arrêter l’éruption du Vésuve en 1944, la lave qui détruisait les villages sous les volcans s’arrêta. Il est aussi invoqué pour les demandes d’aide, de guérisons et de grâces spéciales.

Le Trésor de Saint Janvier

Le Trésor de Saint Janvier, conservé dans la chapelle qui lui est dédiée, est contrôlé par une Députation née en 1527, composée des membres de douze familles représentants des anciens Sièges de Naples. Le trésor fut créé suite à une invocation adressée au saint, et en échange de sa protection les citoyens décidèrent de lui allouer un trésor. C’est un immense patrimoine, qui s’est formé au fil des siècles grâce à tous les dons et cadeaux qui continuent d’être fait, qui comprend, entre autres, le Collier de Saint Janvier, réalisé par Michele Dato en 1679 avec de l’or, de l’argent et des pierres précieuses, la Mitre réalisé par Matteo Treglia en 1713, en argent doré parsemé de diamants, rubis et émeraudes. 

Napoli Turistica

En 1844, une femme du peuple, qui avait échappé à une contagion mortelle, a fait don de ses boucles d’oreilles en perles et diamants, qui ont été appliquées au Collier de Saint Janvier, tandis qu’en 1931 le roi Humbert Il et son épouse Marie-José de Belgique ont fait don d’un ciboire en d’or, de corail et de malachite, et la reine est ensuite retournée faire également don de sa bague en or et diamants. Au total, ce sont plus de deux mille deux cents cadeaux accumulés au fil des siècles, tous précieux, sauf un : une boîte de bonbons, cadeau de remerciement laissé par deux enfants en remerciement du rétablissement de leur mère.

Chaque année, le miracle de Saint Janvier à Naples, sauf de rares exceptions, se répète. La relation entre les napolitains et le saint reste inchangée, même si l’arrivée de Diego Armando Maradona a détourné un peu d’attention, et la Cathédrale se remplit à craquer en attendant l’événement. Une expérience qui vaut la peine d’être vécue de personne.

Foto principale: Il Secolo XIX

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close