Search

La transhumance italienne: un voyage à la découverte de la tradition pastorale

La transhumance italienne, le transport des troupeaux des zones vallonnées vers les plaines, est une tradition millénaire qui a été reconnue en 2019 par l’UNESCO comme Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité. Mais en quoi consiste cette migration spectaculaire qui donne lieu, entre tant d’autres choses, à l’un des plats les plus connus d’Italie? Et surtout, comment a-t-elle évolué au fil des années avec l’avènement de la technologie?

«Septembre, allons-y. Il est temps de migrer.
Maintenant, en terre des Abruzzes, mes bergers
quittent les enclos et se dirigent vers la mer:
descendent à l’Adriatique sauvage
qui est verte comme les pâturages des montagnes.
»

Ainsi récite Gabriele D’Annunzio dans le poème I Pastori, dans lequel il décrit avec précision la transhumance italienne. Un nom à l’étymologie latine claire, qui contient une tradition millénaire, faite de bergers et de troupeaux, de migrations des collines vers les plaines, de coutumes et de liens avec la terre.

Déplacer les troupeaux vers des endroits plus adaptés pour passer l’hiver est une très ancienne coutume qui existe depuis la nuit des temps, et dont il y a des traces en Italie qui remontent à la préhistoire. Dans le Haut-Adige, plus précisément dans le Val Senales, se trouve effectivement, le chemin le plus antique de transhumance italienne qui semble remonter à la préhistoire.

Les phases de la transhumance

Deux phases de transhumance peuvent être reconnues: la transhumance normale et la transhumance inverse.

transumanza2-italiantraditions
Nuova Irpinia

Le premier terme indique la phase initiale, qui se produit au printemps, durant laquelle les troupeaux et les bergers se déplacent des pâturages de plaine vers les pâturages d’altitude où ils passeront l’été.

Au contraire, le second terme désigne la phase de la période automnale durant laquelle les bergers et les troupeaux retournent dans les plaines, pour passer la période hivernale.

La vie du berger pendant la transhumance

Autrefois, le perpétuel voyage itinérant conditionnait particulièrement la vie des bergers, qui suivaient les troupeaux et ne pouvaient pas compter sur les structures typiques des exploitations modernes. En effet, pendant les périodes de transhumance, la vie du berger était en contact étroit avec la nature et les animaux, avec tous les aspects positifs et négatifs que cela pouvait apporter.

En raison de l’absence d’étables, de machines à traite, de systèmes fourragers ou de réfrigération du lait, même l’aspect alimentaire devenait compliqué à gérer. Les bergers apportaient avec eux des viandes séchées ou des viandes qui pouvaient être bien conservées et des fromages affinés, ainsi que de l’eau et de la farine afin de pouvoir subvenir à leurs propres besoins.

La transhumance en Italie

Bien que la transhumance soit une tradition également présente en France et en Grèce, l’Italie est le pays où cette tradition est la plus concentrée étant pratiquée du nord au sud dans presque toutes les régions.

Au centre, les régions les plus touchées par la transhumance italienne sont les Abruzzeset le Latium, où le rôle clé est joué par la ville d’Amatrice, qui a depuis toujours été concernée par la transhumance des troupeaux des plaines environnantes. Et c’est précisément là que, grâce à la transhumance, est né l’un des plats emblématiques de la cuisine traditionnelle romaine: les pâtes à l’amatriciana.

amatriciana-italiantraditions

La tradition veut que les pâtes à l’amatriciana aient été inventées par les bergers lors de la transhumance. Comme expliqué précédemment, les bergers apportaient habituellement avec eux des viandes qui pouvaient être bien conservées, comme le guanciale, et des fromages affinés, comme le pecorino.

De l’union de ces deux ingrédients, avec des pâtes faites initialement d’eau et de farine, naissent celles qui ont ensuite évolué – avec l’ajout de sauce tomate – celles que nous appelons aujourd’hui les pâtes à l’amatriciana.

La transhumance italienne aujourd’hui

S’agissant d’une tradition millénaire, la transhumance italienne est encore pratiquée aujourd’hui et en 2019 elle a été reconnue par l’UNESCOcomme Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité. Au niveau zoologique, les études modernes ont même confirmé ce que des générations de bergers ont soutenu dans le temps, à savoir que le changement de pâturage en fonction de la saison ne peut qu’apporter des bénéfices aux troupeaux.

Viaggi e Miraggi

Cependant, compte tenu de l’avènement de la technologie, aujourd’hui, le transport routier est souvent utilisé pour certains tronçons, en utilisant des camions spéciaux pour le transport des animaux. Malgré cela, le passage de la transhumance traditionnellereste cependant une image gravée dans le temps, qui fait en sorte que ceux qui la contemplent retrouvent – l’espace d’un instant – le contact avec la nature et avec les traditions les plus anciennes.

Foto principale: Il Gambero Rosso

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close