Search

Le Musée Novecento

Situé dans le palais dell’Arengario et à cpoté du Palazzo Reale à Milan, le Museo del Novecento est l’un des plus beaux et intéressants musées de la ville. Italian Traditions vous emmène faire une visite guidée à l’intérieur au sujet du futurisme, du pop art, de l’art cinétique et des peintures analytiques. Ouvert en décembre 2010, il découle du désir d’offrir au public une exposition permanente axée sur les peintures et les sculptures du XXe siècle en Italie. Les collections du musée ont absorbé le précédent Musée Civique d’Art Contemporain (CIMAC), qui a été fermé en 1998. Il a ouvert en 1984, dans un siège temporaire au deuxième étage du Palazzo Reale, le CIMAC comptait environ quatre cents œuvres qui présentait la scène artistique italienne du XXe siècle installée dans trente-sept petites salles.

Cependant, l’ouverture du musée a immédiatement montré l’insuffisance de ces espaces d’exposition trop petits, ceux destinés à être des dépôts, ce qui ne garantissait pas des conditions optimales pour la conservation des œuvres d’art, sans parler de la pénurie de ressources économiques disponibles pour la rénovation des peintures. Par conséquent, la décision fut prise en 1998 de fermer le musée, en concomittance avec la rénovation du Palais Royal. La décision de convertir les espaces dell’Arengario en Novecento remonte à 2000 par le commissaire Carrubba. Le nouveau Musée Novecento a rendu les collections au public, et une reconnaissance appropriée à ces collectionneurs, galeristes et institutions qui, au cours de plus d’un siècle, ont collaboré pour former l’une des collections les plus importantes de l’art italien du XXe siècle, témoin de la période d’art peut-être la plus créative et la plus fertile d’Italie.

L’exposition comprend à la fois les espaces dell’Arengario, le deuxième étage du Palazzo Reale et comprend Il Quarto Stato de Giuseppe Pellizza Volpedo jusqu’à l’arte povera. La première salle est consacrée à l’avant-garde internationale, seul musée qui abrite des artistes étrangers: entre autres, il comprend Picasso, Braque, Kandinsky. L’exposition se poursuit avec Umberto Boccioni et les Futuristes tels que Boccioni. Le musée abrite la collection de futurisme la plus riche au monde, rassemblant des œuvres très célèbres de Balla, Carrà, Soffici, Sironi, Cordes et Severini. La visite se poursuit avec deux salles monographiques dédiées à Morandi, De Chirico et Martini, avant d’arriver dans les salles consacrées à l’art entre les deux guerres mondiales, avec le Groupe Novecento, l’art monumental et les œuvres abstraites des années trente, représentées par un noyau de plâtre de Fausto Melotti et les œuvres des Soldats, Manlio Rho, Radice et Badiali. Le visiteur est alors conduit dans la salle Lucio Fontana, dont il existe un certain nombre de concepts spatiaux provenant principalement de la Collection Boschi Di Stefano, de la Structure Néon pour la IXe Triennale de Milan de 1951 et d’un exemple de plafond spatial.

Ensuite, les œuvres des années cinquante et soixante, une petite pièce dédiée à Piero Manzoni et Azimuth, après quoi, grâce à la passerelle reliant l’Arengario au Palais Royal, le visiteur a l’opportunité d’aborder les formes artistiques des décennies suivantes : des milieux du groupe T à la peinture analytique milanaise, la salle consacrée au pop art d’ascendance romaine, une exposition monographique dédiée à Luciano Fabro, se terminant par les installations Arte Povera. À la fin de la visite, il y a une section dédiée à la Marino Marini Collection, donnée à la ville de Milan en 1973.

 

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close