Search

Sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Italie

Sites Unesco Italie : l’Unesco (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) s’occupe depuis toujours de la sauvegarde et de la valorisation des monuments, des paysages naturels, des cultures et des traditions dispersés dans le monde. L’Italie joue un rôle important à cet égard, puisqu’elle abrite au total 58 sites qui, à ce jour, font partie du patrimoine de l’humanité.

italiana bandiere

Ces 58 joyaux comprennent 5 sites naturels et 8 paysages culturels, chacun avec ses propres particularités, histoires et curiosités, à chérir et à découvrir en même temps. Grâce aux nombreux peuples qui ont habité en Italie, apportant dans chaque région différentes langues, styles de vie et coutumes, notre péninsule représente pleinement l’esprit de l’UNESCO e, Dans les années à venir, de nombreux autres sites feront probablement partie du patrimoine mondial de l’humanité.

Une chose est sûre : tous les sites devraient être visités, au moins une fois dans la vie. Et pour ceux qui ne savent pas vraiment choisir, voici les 5 sites unesco de l’Italie, patrimoine mondial à prendre absolument en compte!

Venise et sa lagune, Vénétie

La ville de Venise naît de l’union de 118 très petites îles, reliées entre elles par des rii et des canaux. Sa nature est étroitement liée à son histoire depuis le Ve siècle, mais , c’est au Xe siècle qu’elle devient une grande puissance maritime, parmi les plus importantes du Moyen Âge. C’est précisément pour cette raison qu’elle a souvent dû défendre des marchés et du commerce arabes, génois et turcs ottomans, sans jamais cesser d’imposer sa primauté sur la lagune.

Aujourd’hui encore, le travail et la détermination de l’homme se reflètent dans les efficaces ouvrages hydrauliques et architecturaux qui, au fil du temps, ont été construits pour lui permettre de vivre sereinement dans un environnement composé principalement d’eau. Tout cela a transformé Venise en une œuvre d’art, capable d’être une source d’inspiration pour d’autres pays; il suffit de penser aux fonds marins qui, de la République Sérénissime, ont également été importés en Asie Mineure, Egypte, îles de la mer Ionienne, Péloponnèse, Crète et Chypre.

Si Viaggia

Ce n’est pas un hasard si, après avoir perdu la suprématie sur les mers, la città est devenue une référence pour les peintres et artistes de haut niveau, tels que Bellini, Giorgione, Veronese et Tiepolo (pour n’en citer que quelques-uns) qui, à travers leurs œuvres, ont complètement révolutionné la façon de percevoir l’espace, la lumière et la couleur.

Les complexes architecturaux qui rendent Venise si belle et majestueuse sont nombreux et comprennent Piazza San Marco, Palazzo Ducale, Biblioteca Marciana et Museo Correr, mais aussi des résidences plus modestes comme les Grandes Ecoles, les hôpitaux des Ecoles et des institutions de bienfaisance ou de secours mutuel.

La ville a été rebaptisée « Reine des mers » et représente la capacité de l’homme à combattre les hostilités de la nature en la rendant habitable et accueillante. Mais ce n’est pas tout : c’est aussi l’emblème du savoir aller au-delà, en dépassant ses propres limites, au point que Marco Polo est parti de Venise (avant même les portugais) à la recherche et à la découverte de la Chine.

Le centre historique d’Urbino, Marches

Petit bijou tout italien, la ville d’Urbino se dresse sur les collines des Marches surplombant la mer Adriatique, derrière Pesaro. Sa floraison maximale a eu lieu au XVe siècle avec Frédéric de Montefeltro et son fils GuidobaldoPiero della Francesca, Leon Battista Alberti, Paul Oiseau, Baldassarre Castiglione et Pietro Bembo.

Si Viaggia

Quand, en 1508, les seigneurs d’Urbino décidèrent de déménager à Pesaro, c’est comme s’ils avaient enveloppé la ville dans un halo éternel, au point que est arrivé à nos jours pratiquement intact du point de vue architectural et artistique. Le centre historique, qui s’étend sur seulement un mètre carré, est entouré de remparts, construit en briques cuites et caractérisé par deux rues principales presque perpendiculaires entre lotus qui se croisent sur la place principale. La parcelle urbaine est très dense et composée de nombreux passages souterrains, rues et escaliers qui, dans l’ensemble, donnent vie à un paysage scénographique.

L’un des chefs-d’œuvre d’Urbino est le Palais Ducal, qui abrite aujourd’hui la Galerie Nationale des Marches, emblème de l’art de la Renaissance et gardien, dans le passé, d’une merveilleuse collection d’œuvres d’art commandées par Federico di Montefeltro lui-même, divisée ensuite entre la Galerie des Offices de Florence et la Bibliothèque apostolique vaticane. Son fils Guidobaldo, quant à lui, est responsable de la fondation de la Université, qui a toujours été le choix principal des amateurs d’art.

I Trulli di Alberobello, Pouilles

En allant vers le sud et en faisant une halte dans Pouilles, parmi les plus beaux patrimoines de l’Unesco figurent les trulli d’Alberobello, habitations typiques en calcaire qui expriment au mieux la construction en pierre sèche aux dalles, Une technique qui a ses origines dans la préhistoire mais qui est encore largement utilisée aujourd’hui.

Unesco

Les trulli surgissent dans toute la vallée d’Itria, mais ils se concentrent particulièrement dans la ville d’Alberobello, qui en abrite environ 1500. Initialement, étaient utilisés comme abris temporaires ou comme habitations de travailleurs agricoles ou de propriétaires fonciers; Il n’est pas rare, en effet, de trouver sur les toits des inscriptions en cendres blanches avec des références mythologiques ou religieuses dans le but de chasser la malchance et les mauvais esprits.

Au cours du XVIIe siècle, Alberobello connut une période de forte expansion, avec la construction d’un grand nombre de trulli et la fondation de plusieurs paroisses. Précisément en 1797, c’est Ferdinand IV de Bourbon qui choisit le nom et donne à la localité le titre de ville royale.

Les pierres et le parc des églises rupestres de Matera, Basilicate

En restant au sud, impossible de ne pas citer Matera avec ses Pierres et le Parc des Églises Rupestres, c’est-à-dire un complexe d’églises, maisons, ermitages et monastères construits à l’intérieur des grottes naturelles de Murgia.

Les découvertes démontrent que , depuis les origines, l’homme a toujours choisi de vivre dans la grotte ici à Matera, en s’adaptant parfaitement au territoire et en l’exploitant au mieux de ses capacités. Les logements qui se trouvent dans les deux Sassi di Matera, c’est-à-dire le Cavenoso et le Barisano, entourent le noyau le plus ancien de la ville (la Civita)Les grottes ont des formes et des dimensions différentes qui donnent vie à des habitations grises et blanches qui se distinguent à peine des rochers où elles sont encastrées.

Matera

Les habitations des Sassi sont inhabitées depuis 1952, mais certaines d’entre elles ont été transformées en hôtels et hébergements qui, chaque année, accueillent des touristes du monde entier.

Le Rupestri Church Park, quant à lui, est , composé de plus de 500 églises en falaise qui, ensemble, donnent vie à un patrimoine d’art sacré inestimable et témoin de l’histoire du territoire. La coutume d’habiter en grotte a en effet influencé aussi la façon de vivre la sphère religieuse : les lieux de culte se sont adaptés aux dimensions, au point d’être composés principalement d’une seule pièce et souvent entièrement creusés dans la terre.

Les premières églises rupestres remontent au VIIIe siècle et, au cours des décennies suivantes, de nombreux ermites et anachorètes arrivèrent à Matera et continuèrent à édifier et à creuser à l’intérieur de la roche. La Crypte du péché originel est certainement la plus suggestive, considérée comme la Chapelle Sixtine des églises rupestres.

Les îles Eoliennes, Sicile

Pour finir en beauté, voici les îles Eoliennes : Lipari, Volcan, Salina, Alicudi, Filicudi et Panarea se trouvent au nord-est de la Sicile et témoignent de la naissance et de l’évolution des îles volcaniques. Les activités des volcans présents, entre autres, sont toujours actives, ce qui rend les îles encore plus fascinantes et capables d’attirer l’attention et la curiosité des visiteurs et des touristes. Leurs territoires sont riches en flore et en faune, surtout de nature méditerranéenne, tandis que les plages et les eaux n’ont rien à envier aux archipels outre-mer.

Spunti di viaggio

Les premiers établissements urbains à Lipari et Salina datent d’avant 4000 av.J.-C, lorsque la population était à la recherche désespérée deobsidienne, le verre volcanique obtenu lors du refroidissement de la lave et constituant le matériau le plus tranchant disponible.

Volcan, la troisième plus grande île après Lipari et Salina, est aussi la plus méridionale et celle qui est restée inhabitée jusqu’en 1888, année de la dernière grande éruption et de la fin de l’activité volcanique.

Stromboli, au contraire, , est la seule île qui manifeste encore des éruptions volcaniques, offrant ainsi de grands spectacles tout au long de l’année avec la lave descendant à pic sur la mer.

Toutes les îles ont en commun une merveilleuse caractéristique : ne sont rien d’autre que les sommets d’une chaîne sous-marine de reliefs, qui continue de s’étendre sous le niveau de la mer sur environ 87 kilomètres.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close