Search

Sur la route: à la découverte du Monviso

Cette semaine un nouveau rendez-vous sur notre carnet de voyage On the road. Cette fois nous nous trouvons dans le Piémont, sur l’une des montagnes italiennes les plus magiques de notre pays.

Aujourd’hui, Mari (regardez la galerie de photos Instagram sous @ mari.vol), grâce à une photo à couper le souffle, a réussi à nous faire monter au sommet du Monviso, dénommé par les habitants des lieux, Roi de Pierre.

Avec une grandeur majestueuse et royale, le Monviso se montre devant la caméra avec un manteau blanc à couper le souffle. Il n’est pas par hasard s’il s’agit de la plus haute montagne des Alpes Cottiennes, faisant partie de la chaîne de montagnes des Alpes qui s’étend d’Italie jusqu’en France.

A travers ce cliché, Mari nous parle d’une montagne déjà visible depuis la vallée occidentale du Pô grâce à certaines caractéristiques qui donnent une apparence unique au Monviso. En fait, la majesté et la puissance, la forme qui rappelle clairement une pyramide ainsi que son hauteur dépassant de 500 mètres tous les autres sommets environnants, sont quelques-unes des raisons pour lesquelles le Monviso est dénommé Roi de Pierre.

mari.vol

En effet, nous sommes confrontés à une prééminence de 2 062 mètres, ce qui le place parmi les dix premiers arcs alpins et à la vingt-troisième place parmi les plus hauts sommets d’Europe.

Par le biais d’une photo panoramique, Mari nous montre une montagne qui semble presque protéger et surveiller la plaine, et en particulier La Morra, dont nous voyons une portion de collines et de vignes desormais dénudées.

Derrière La Morra, petit village dans la province de Cuneo et juste aux pieds du Monviso, se trouve la source de la rivière Po, le plus long cours d’eau de toute l’Italie.

Pour cette raison aussi, en 2013 le Monviso est devenu un site Patrimoine de l’UNESCO et a été reconnu comme réserve de la biosphère transfrontalière avec la France. Entre autres choses, seulement trois ans plus tard, en 2016 il a été également inclus dans le Parc Naturel du Monviso du côté italien.

Un spectacle sans égal qu’aujourd’hui a été immortalisé dans la photo de Mari, mais qui faisait déjà parler de lui dans l’antiquité. Virgile, en effet, dans l’Enéide, compara l’un des ennemis d’Enea, Mesenzio, à un sanglier du Monviso en écrivant:

«Actus aper, multos Vesulus quem pinifer annos defendit multosque palus Laurentia?».

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close