Search

Eataly et son fondateur Oscar Farinetti

Nous les Italiens, nous sommes bien habitués. Nous vivons dans l’un des plus beaux pays du monde, si stratégique du point de vue non seulement géopolitique, mais culturel, à proximité de cette «mare nostrum» qui a vu naître notre civilisation. Pourtant, alors que tout le monde en dehors de l’Italie nous apprécie, nous aimons souvent nous minimiser.

Eataly c’ est un pari gagné tout italien et de longue date, qui cette année souffle onze bougies. Cela a semblé être une occasion à ne pas manquer pour pouvoir en parler et pour connaître de plus près à travers le regard attentif et passionné de son fondateur, Oscar Farinetti, qui en 2002 a commencé cette belle aventure aux cotés   de nombreuses entreprises toutes italiennes, brand et réalité peut-être à l’époque encore peu connu, mais qu’ils avaient une grande ambition et les mêmes valeurs: qualité, durabilité et le désir de partage.

Enlève nous une curiosité. Au cours des années des fast food, vous à contre-courant, vous avez investi dans le slow food en ramenant le concept de nourriture à la culture et à aux solides racines de la réalité italienne. Quel a été le pari initial et quels ont été les ingrédients qui ont amené à votre succès?

 « Les bons ingrédients sont ceux qui déterminent le succès des idées. J’avais trois choses bien claires: la jouissance, la salubrité et la narration. Les deux premiers, quand il s’agit de parler d’aliment et de la nourriture, jouent trop souvent dans deux équipes différentes: si quelque chose est bon, ça fait mal. faux!

La jouissance, comme nous l’avons toujours raconté chez Eataly, c’est un état du corps et de l’esprit qui provient de la connaissance: plus vous jouissez, plus vous connaissez l’objet, dans ce cas la nourriture, qui fait  émerger votre plaisir.

Voilà pourquoi si je mange des pâtes et je connais ses caractéristiques – faites avec du blé dur de Gragnano, séché lentement, tréfilé au bronze, avec un taux de cendres de broyage, de gluten et de protéines végétales adéquat  – je l’apprécie beaucoup plus. La salubrité ne provient pas seulement d’une certification, par exemple biologique, biodynamique ou autre, dont nous sommes pleins aujourd’hui.

Cela provient d’abord du respect qui a accompagné les conditions de production de cette aliment: le respect de ceux qui l’ont produit, le respect de l’environnement d’où provient cet aliment, le respect des traditions.

Et puis il y a l’histoire, qui est certainement l’élément clé pour transmettre ces idées, pour les raconter et répandre la connaissance parmi les clients de nos marchés et de nos restaurants. « 

Les changements géopolitiques, les marchés asiatiques, la Chine et le Moyen-Orient et maintenant la Russie: sont des marchés que vous considérez comme mûrs pour apprécier un produit comme le vôtre?

« Aujourd’hui, le monde entier est mûr pour les produits alimentaires italienne de haute qualité et bien racontée. Dans le monde Il existent 800 millions de personnes amoureux de l’excellence en matière d’alimentation. Tous ces gens sont de plus en plus attentifs à la cuisine italienne.

Puis, malheureusement, il y a autres 800 millions de personnes qui de nourriture ils en n’ont peu ou pas, et plus d’un milliard d’obèses qui mangent mal. Aussi pour ces deux dernières catégories, il nous convient de se mettre au travail . Et Eataly, dans sa petite échelle, cherche de faire quelque chose. « 

2018 sera « l’année internationale de la nourriture italienne dans le monde ». L’annonce arrive du Ministère de  la culture et du Tourisme Dario Franceschini lors de la présentation du protocole d’entente signé avec le président de Coldiretti Roberto Moncalvo à l’occasion de la conférence « Biodiversité et agriculture. La multifonctionnalité: de l’environnement de la société ».

Une action qui, selon Moncalvo, va générer des connaissances et une éducation pour la bonne nourriture, faisant des touristes étrangers les ambassadeurs du Made in Italy à la table du monde. Mais cela aidera aussi les exportations à atteindre l’objectif fixé de 50 milliards d’euros en 2020 « Quels sont les objectifs d’entrepreneurs que s’est fixés Eataly?

« L’image est correcte. Nous, pour répondre à cette situation, nous avons créé FICO, Fabbrica Italiana Contadina, à Bologne. L’Italie est l’un des pays ayant la plus grande biodiversité au monde et c’est une richesse que nous devons apprendre à mieux raconter.

Grâce à FICO, nous essayons en effet d’exprimer au maximum notre patrimoine, et nous le faisons grâce à la Fondation FICO, qui implique cinq universités: l’Université Alma Mater Studiorum de Bologne, l’Université de Trento, l’Université Suor Orsola Benincasa de Naples, l’Université des Sciences Gastronomiques de Pollenzo et le Future Food Institute.

La Fondation s’occupera de l’éducation alimentaire et de la durabilité, et réfléchira à l’impact qu’un nouveau mode de produire et de consommer la nourriture il y aura dans nos vies et sur toute la planète. Aujourd’hui, ce sont les objectifs  d’entrepreneurs qui peuvent générer de nouveaux emplois et « contaminer » des milliers de touristes qui chaque année visiteront le parc de Bologne. « 

Nous semblons lire entre les lignes de cette «narration», pour le dire à la manière d’Oscar Farinetti, que le voyage est encore long, mais aussi que les rêves, lorsqu’ils naissent de projets pleins de talent, de dévotion et de passion, ne peuvent que se réaliser .

Et nous ne pouvons que nous unir à la chorale de souhait de bon anniversaire et suivre avec la même passion et la même attention les initiatives et les idées, toutes très italiennes, qui suivront.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close